AMI Emploi Israël: Interview de Judith BRIS, assistante administrative et graphiste

Bonjour Judith pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Bonjour, j’ai fait mon Alya avec mes parents lorsque j’avais 8 ans. Je suis donc arrivée très jeune, j’ai suivi tous mes cours en Israël. Je parle parfaitement hébreu et français. Après mes études de graphiste et mon shirout leumi, j’ai commencé à travailler au misrad haclita ce qui m’a permis d’avoir une bonne connaissance de l’Alya et des Olim.


Quel est votre rôle chez AMI ?

Je suis assistante administrative et graphiste chez Ami depuis bientôt 4 ans. Plutôt interne maintenant, avant je jouais le rôle du premier contact avant de réorienter les Olim vers Audrey ou Daniel. En interne au sein d’AMI, je règle les « problématiques internes » les réunions ce genre de chose. J’ai de plus, grâce à mes études la casquette de graphiste, ce qui veut dire que je crée des brochures et autre supports papiers qui serviront directement les Olim ainsi que les bénévoles d’Ami afin de guider et faciliter les démarches de recherches.

Quel est votre vison du rôle de AMI auprès des Olim de France ?

AMI aide énormément les Olim qui se retrouvent parfois perdus face à l’Alya, qu’ils soient en phase de pré ou post Alya. Avant leur alya, nous mettons en place de nombreuses démarches et aides afin de les accompagner avant leur arrivée en Israël. Après l'alya nous fournissons de nombreux services aux olim qui n'hésitent pas à nous solliciter, arrivés il y a quelques jours, quelques mois et aussi après plusieurs années. Cela rassure beaucoup d’avoir un contact en français, une équipe avec qui on peut parler librement sans être bloqué par la langue. Pouvoir parler sans chercher et réfléchir à la manière de demander les choses, c’est vraiment un soulagement pour beaucoup de olim.

Avez-vous un mot de la fin, un petit conseil à nous donner ?

Je conseillerais déjà dans un premier temps de surtout bien préparer son Alya avant d’arriver, prendre les renseignements nécessaires. Avoir un endroit ou vivre dans les premiers temps ne pas venir sur un coup de tête sans aucunes informations. Dans le cas des familles de bien sûr se renseigner sur les écoles pour y mettre ses enfants car ce n’est pas un choix facile. Et surtout, de ne pas rester qu’entre français, de prendre le bon des israéliens et d ‘essayer de s’intégrer au plus vite, avec la langue, avec son métier

Retenir aussi que rien n’est impossible, il y a toujours une solution à tout.
AMI Israël Antenne Emploi © 2014 Tous droits réservés